Cathelineau en bande dessinée chez Artège

Cathelineau FRANCK ABED.jpg

 » Bande Dessinée de 56 pages

Scénario de Coline Dupuy et dessins de Régis Parenteau-Denoël

Épris de liberté, ce colporteur a joué un rôle phare dans les débuts de la guerre de Vendée de 1793. La vie de celui qu’on surnomme « le saint de l’Anjou » peut se résumer en une phrase : vivre libre de croire.

À 34 ans, il devient le premier généralissime de la grande armée catholique et royale. Son curé et ami, l’abbé Cantiteau, retrace son destin dans une lettre écrite en 1807 au Pin-en-Mauges, à l’un des premiers historiens de la Vendée en quête de témoins.

Suivons les méandres de ses souvenirs, au moment où il prend la plume… « 

De mars à juillet 1793, nous découvrons le parcours de Jacques Cathelineau, né le 5 janvier 1759 au Pin-en-Mauges (Maine-et-Loire) et mort le 14 juillet 1793 à Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire), qui fut, au cours de la guerre de Vendée, pendant la Révolution française, le premier généralissime de l’Armée catholique et royale.

Pour la forme, nous considérons objectivement que certaines planches sont visuellement intéressantes. Toutefois, dans l’ensemble nous n’avons pas été séduit par le dessin. Dans le même ordre d’idée, les caractères sont parfois quelque peu tassés dans les bulles. 

Concernant le fond, nous suivons pas à pas cet anonyme devenir l’un des piliers de l’insurrection contre la jeune République, grâce à une bande dessinée fort intéressante sur le plan scénaristique. En effet, ce dernier tente de coller au plus près de la réalité historique sans prendre parti. Les plus petits détails, l’exactitude des décors, des uniformes, des actions, des dates et des personnages raviront les amateurs et les passionnés d’histoire. En 56 pages, tout ne peut pas être abordé, mais l’essentiel s’y trouve…

Il nous paraît évident que Cathelineau est charismatique. Cependant, les bandes dessinées consacrées à cette période historique ne sont pas légion. Nous saluons la tentative inhabituelle de sortir de l’ombre un tel homme, fidèle à ses profondes convictions catholiques, en allant à contre-courant de la pensée dominante.

Cathelineau aurait pu ne pas combattre et rester tranquillement avec les siens. Cette oeuvre nous permet de comprendre pour quelles raisons des milliers d’hommes prirent les armes contre le gouvernement central. Sa devise parle pour lui, et nous pourrions aisément la reprendre :  » Vivre libre de croire « .

Nous recommandons la lecture de cette bande dessinée qui offre la possibilité d’en savoir plus sur une page méconnue, mais glorieuse, de l’histoire de notre pays.


Franck ABED

Pour acheter la bande dessinée, cliquez  ici !

 

Cathelineau Vendée ABED.jpg

Les Vendéens demandent à Cathelineau de prendre la tête de l’insurrection, peinture de Jules Gabriel Hubert-Sauzeau, 1900.



Catégories :Non classé

%d blogueurs aiment cette page :