Malheur aux vaincus

Vo-Ha.jpg

 

Pour justifier l’état de guerre généralisé en Europe au XVIIe siècle, les pouvoirs, Louis XIV le premier, refoulèrent l’extrême violence des conflits par un discours de la guerre réglée, courtoise et chevaleresque.

Au sombre XVIe siècle et à la meurtrière guerre de Trente Ans (1618-1648), faite de carnages, aurait succédé une guerre honorable. Cette rhétorique fut d’autant plus efficace qu’elle fut reprise par les spécialistes du fait militaire à l’époque moderne, Geoffrey Parker et John Lynn, entre autres.

Paul Vo-Ha, en s’intéressant, dans ce livre issu de sa thèse, au sort des vaincus, montre que cette vision ne correspond pas à la réalité appréhendée grâce à un travail titanesque dans les archives et les Mémoires du temps.

Le sort peu enviable de certains prisonniers, le massacre de garnisons, la persistance d’exécutions de civils attestent que les intérêts du vainqueur primèrent toujours sur une chimérique modification des mentalités guerrières.

Source



Catégories :Histoire, Littérature

Tags:, , , , , , , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :