Entretien avec Michel Janva

 

FRANCK ABED.jpg

Franck Abed : Vous êtes l’un des directeurs de publication du Salon Beige. Certains personnes ont du mal à saisir la ligne éditoriale du SB, même si dans la bannière il est écrit : « blog quotidien d’actualité par des laïcs catholiques ». Pourriez-vous présenter les objectifs du SB et sa ligne éditoriale ?

Michel Janva : En fait le directeur de la publication du Salon beige est Guillaume de Thieulloy. Je n’en suis que le rédacteur principal.

Le Salon beige est un blog d’actualités, tenu à jour quotidiennement. Notre ligne éditoriale est celle de la Doctrine sociale de l’Eglise. Ou encore, « in necessariis unitas, in dubbiis libertas, in omnibus caritas ». Dans le nécessaire : unité, dans le doute : liberté, en tout : charité. Il y a les principes non négociables, sur lesquels il n’y a pas à transiger et puis ce qui est par nature contingent, toujours soumis au bien commun.

Nous proposons à nos lecteurs une revue d’actualité, sur des sujets qui intéressent notre famille de pensée, débarrassée des scories du politiquement correct. Ce n’est donc pas un blog d’actualités religieuses, même si nous évoquons bien évidemment l’actualité de l’Eglise. Le Salon beige n’a pas non plus pour vocation de concurrencer les médias professionnels, mais d’apporter un contre-point, une réaction rapide, quasiment immédiate, au traitement de l’actualité par ces derniers sur les sujets qui nous sont chers. Il n’a pas vocation à être exhaustif. Au lecteur ensuite de creuser plus avant par des ouvrages ou des revues.

F.A : Depuis quelques temps des concepts tels que réinfosphèreréinformationmédias alternatifs ont vu le jour. Comment définiriez-vous ces termes ? Le Salon Beige se reconnaît-il dans cette mouvance ?

 M.J : Oui, le Salon beige se reconnait dans cette mouvance, dont il est un précurseur depuis sa création en 2004. Ce que nous appelons aussi des contre-médias sont destinés à  contrebalancer, avec de très petits moyens, les puissances médiatiques qui font la pluie et le beau temps. Il s’agit de donner rapidement aux lecteurs des armes pour contrebalancer l’influence souvent nihiliste de la presse mainstream. Et cela porte ses fruits puisque l’essentiel des journaux subventionnés a désormais pris en compte cette donnée.

F.A : Pensez-vous qu’internet est un réel espace de liberté ? Ou est-ce simplement une soupape de sécurité mise à disposition par les gouvernements, pour donner l’illusion aux peuples qu’ils peuvent s’exprimer librement ?

 M.J : Internet n’est qu’un outil et tout dépend de ce que l’on en fait. Cela peut devenir un entre-soi coupé du monde, une drogue, un défouloir, du voyeurisme… Mais cela peut aussi être un outil d’information utile, par lequel l’internaute n’est plus le spectateur passif subissant des journaux télévisés qui semblent clonés d’une chaîne à l’autre, mais un acteur choisissant les sources d’informations qu’il veut consulter. Je recommande d’ailleurs aux lecteurs de ne jamais se contenter d’une source unique d’informations. Sachant par ailleurs qu’internet est une ressource documentaire exceptionnelle, il est désormais possible, à qui veut bien se donner la peine de chercher un peu, de naviguer, y compris sur des sites en langues étrangères, pour vérifier des informations, contre-balancer des analyses, des faits, des points de vue….

F.A : Dans l’absolu, pensez-vous qu’internet exerce une réelle influence sur la vie politique française ? Ou au contraire son impact se révèle extrêmement limité ?

 M.J : Internet est l’une des armes qui permet d’influencer la vie politique française. Mais ce n’est pas la seule et il convient de ne pas négliger les différents outils à notre portée, à savoir le militantisme traditionnel par le contact humain, les manifestations, le vote, l’engagement partisan, la création de réseaux locaux… Internet seul ne changera pas la vie politique française… Mais l’une des nouveautés d’internet, depuis une quinzaine d’années, c’est de médiatiser des personnes, des évènements, des actions auparavant ignorées des grands médias. Prenons l’exemple de la Marche pour la vie : totalement ignoré des médias, c’est aujourd’hui un évènement dont on parle, même si l’on peut estimer, à juste titre, que c’est encore insuffisant. Nous l’avons vu également lors des Manifs Pour Tous : en relayant sur le Salon beige des initiatives locales, nous avons suscité par mimétisme les mêmes initiatives ailleurs (manifestations devant les mairies, veilleurs, sentinelles…) et créé un effet boule neige. C’est également le cas actuellement avec les créations d’écoles libres, qui semblent inquiéter le gouvernement. Leur publicité ne se fait quasiment que par internet.

Comment quantifier l’impact d’internet ? Il suffit de constater l’existence d’une proposition de loi destinée à censurer les « fausses nouvelles »… Si Internet n’avait qu’un impact extrêmement limité, cette proposition de loi ne serait pas en cours de discussion…

 F.A : Depuis plusieurs décennies, le Vatican, par la voix successive des Papes, a exprimé l’idée que les catholiques doivent s’engager en politique. Cependant, cet engagement ou ce soutien doivent reposer à minima sur le respect et la défense des « trois points non négociables » (respect de la vie de sa conception naturelle jusqu’à sa fin, la liberté scolaire, la famille est composée d’un homme, d’une femme et de leurs enfants). Or, on s’aperçoit, si on s’en tient aux statistiques officielles et à l’étude des organes catholiques (presse, radios, associations, partis politiques, sites, blogs, etc.), que les catholiques, dans leur très grande majorité, votent à « droite ». Que ce soit à l’élection présidentielle ou plus récemment (Fillon, Marine, Wauquiez, Dupont-Aignan), aucun parti dit de droite, ou personnalité dite de droite ne défend ces fameux « trois points non négociables ».  Pourquoi les catholiques n’obéissent pas aux Papes ?

 M.J : D’abord parce que je ne vois pas comment un catholique pourrait voter à gauche alors que la gauche propose systématiquement d’aggraver ce qui relève des ces 3 principes non négociables. Par ailleurs, si l’on attend un candidat authentique sur ces sujets, je crains que l’on ne doive rester chez soi et attendre bien longtemps…

Surtout, il faut distinguer l’engagement en politique, du vote. Le vote n’est pas l’alpha et l’omega de l’action politique. C’est un outil que l’on peut utiliser de diverses façons, selon les circonstances du moment et la nature de l’élection : écarter un candidat nuisible en votant pour son adversaire, encourager un candidat qui pourrait améliorer le bien commun, faire passer des idées…

S’engager en politique, ce n’est pas selon moi se cantonner à glisser un bulletin dans l’urne lors des échéances électorales. C’est par exemple se présenter aux élections et cela nécessite un courage certain. Je crois que les Papes se désolent que, bien souvent, les catholiques désertent l’engagement politique, qui est la plus haute forme de la charité comme le disait Pie XII. Il faut saluer les catholiques qui sacrifient, qui une carrière, qui une vie de famille, pour servir leur pays. Et c’est dans cet engagement qu’un catholique doit rester ferme dans ses principes.

F.A : Que pensez-vous des déclarations de François au sujet de l’immigration, notamment de ses propos sur le devoir d’accueil des Européens envers les migrants et autres clandestins ?

M.J : Sur l’immigration, beaucoup de choses diverses et variées ont été dites par les Papes, y compris que l’immigration est d’abord un mal pour le pays que le migrant quitte… Concernant le Pape François, il a également déclaré à plusieurs reprises (notamment en novembre 2016 puis en septembre 2017) que les gouvernants doivent user de prudence sur la politique d’immigration. La prudence est la vertu politique par excellence. Le Pape François se serait-il donc contredit ? La politique d’immigration demeure toujours soumise au bien commun du pays d’accueil. Et c’est aux laïcs qu’il revient d’assumer cet ordre temporel comme leur tâche propre. Sur le point précis de l’accueil des immigrés, il faut remarquer que l’ouverture idéologique des frontières européennes n’a certainement pas amélioré la qualité de l’accueil des immigrés. Donner des papiers pour régulariser des clandestins ne peut pas être l’alpha et l’omega d’une politique d’immigration…

 

Propos recueillis par Franck ABED le 9 juin 2018

 

Le 9 juin 1660 : mariage de Louis XIV, Roi de France, et de Marie-Thérèse d’Autriche, infante d’Espagne, à Saint-Jean-de-Luz.



Catégories :Entretiens

Tags:, , , , , , , , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :